nosbesoinsdailleurs.com
La Saint-Nicolas aux Pays-Bas - Nos besoins d'ailleurs
En cette période de fêtes de Noël, je me dois de vous parler d’une tradition typiquement néerlandaise, qui est la Saint-Nicolas, Sinterklaas en néerlandais (à ne pas confondre avec Santa Claus, le Père Noël). En effet, aux Pays-Bas, la Saint-Nicolas est bien plus importante que la fête de Noël et les néerlandais y sont très attachés. Explications donc, sur les origines de cette fête, son folklore et ses célébrations. Qui est Sinterklaas ? A l’origine, Saint Nicolas est un évêque né dans l’actuelle Turquie, à la fin du IIe siècle. Aujourd’hui, il est considéré comme le patron des enfants et des écoliers (entre autres). Il est représenté comme un gentil vieillard avec une longue barbe blanche et habillé de rouge (d’où la confusion avec le Père Noël). Il porte également une mitre d’évêque et un long bâton doré. Les célébrations actuelles sont néanmoins largement inspirées d’un récit, Sinterklass et son serviteur, écrit par un professeur néerlandais en 1845. Nous y reviendrons un peu plus loin. Les célébrations Aux Pays-Bas, on commence à célébrer Sinterklaas dès la mi-novembre, avec l’arrivée officielle de Saint-Nicolas, sur son bateau à vapeur venu d’Espagne. Il est accompagné de son cheval blanc Amerigo et de ses assistants, les Zwarte Pieten (littéralement « Pierre le Noir »). Ceux-ci font les pitres, aident Sinterklaas à distribuer les cadeaux, et donnent des friandises aux enfants. Chaque année, Sinterklaas arrive dans une ville différente du pays, et est ensuite accueillis très officiellement par le bourgmestre de la ville. Pour vous dire l’importance de cette fête pour les néerlandais, la cérémonie est retransmise en direct à la télévision. Jusqu’au 5 décembre, point culminant de cette fête, est diffusé à la télévision Het Sinterklaas Journaal qui retrace les aventures de Sinterklaas et des Zwarte Pieten sur leur bateau. Le soir du 5 décembre, c’est Pakjesavond (littéralement, « le soir des petits paquets »). C’est là que l’on distribue les cadeaux. Les enfants chantent des chansons en l’honneur de Sinterklaas, jusqu’à ce qu’on frappe à la porte. S’ils ont été sages, ils découvriront un sac rempli de cadeaux sur le palier. Mais Pakjesavond n’est pas réservé aux enfants. En effet, la tradition veut qu’avant la fête, on organise un tirage au sort pour attribuer à chacun le nom d’une personne à qui offrir un cadeau. Comme les néerlandais sont très pragmatiques, on écrit parfois sur le papier ce que l’on aimerait recevoir, et un budget moyen est déterminé à l’avance. Les cadeaux sont ensuite savamment emballés, souvent en reproduisant un objet représentant la personne. Les amateurs de papier-mâché peuvent s’en donner à cœur joie ! Les cadeaux sont accompagnés d’un poème, souvent humoristique, raillant les défauts du destinataire. Il est lu à voix haute devant toute la famille. Enfin, la Saint-Nicolas ne serait pas la Saint-Nicolas sans ses friandises typiques, comme les lettres en chocolat, ou les kruidnoten, de tout petits biscuits qui ressemblent à des speculoos (speculaas en néerlandais), parfois enrobés de chocolat. Depuis 2013, des polémiques autour des Zwarte Pieten Les origines de Zwarte Piet Selon la légende originelle de Saint Nicolas, Zwarte Piet représentait la figure du Père Fouettard, chargé de punir les enfants qui n’avaient pas été sages durant l’année. Il était vêtu de noir (d’où son nom), avait un martinet et distribuait, non pas des friandises, mais du charbon. Le personnage de Zwarte Piet moderne a été introduit dans le récit de Jan Schenkman, Sinterklaas et son serviteur, évoqué plus haut. Dans l’histoire, Sinterklaas est clairement accompagné d’un serviteur noir venu d’Afrique. Plus récemment, on a essayé de proposer une version plus édulcorée de l’histoire en introduisant d’autres Zwarte Piet, qui étaient désormais les gentils assistants de Sinterklaas, et en affirmant que leur visage peinturluré de noir n’était pas dû à une quelconque origine, mais au fait qu’ils passent par la cheminée pour distribuer les cadeaux. Comment donc expliquer ça : les grosses lèvres rouges, la perruque de cheveux crépus et les boucles d’oreilles ? Une question qui mobilise l’opinion nationale, et jusqu’à l’ONU En 2013, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (UNHRC) reçoit de nombreuses plaintes qui dénoncent le caractère raciste du personnage. Le débat prend une ampleur nationale quand le Parti pour la Liberté (extrême-droite), dirigé par le sulfureux Geert Wilders dépose un projet de loi pour sanctuariser la couleur noire du personnage. Le projet est néanmoins rejeté. En revanche, aux Pays-Bas, de nombreux néerlandais se sont mobilisés pour apporter leur soutien à la figure de Zwarte Piet, en ressortant l’histoire de la cheminée, ou en disant qu’il faut laisser les enfants profiter de la fête. Depuis, quasiment tous les ans, une manifestation est organisée pour protester contre le caractère raciste du personnage. Le gouvernement s’est dédouané en laissant chaque province décider si elle souhaitait conserver le personnage en l’état. Celles-ci se sont dédouanées sur les municipalités, qui ont-elles même laisser les compagnies qui interprètent les personnages décider. Je note néanmoins que cette année, au défilé d’Amsterdam, les Zwarte Pieten n’arboraient pas de black-face, ni de perruque bouclée, mais avaient seulement le visage un peu noirci, comme si, effectivement, ils étaient passé par la cheminée. Alors, envie de venir aux Pays-Bas pour fêter la Saint-Nicolas ? Que pense-tu des Zwarte Pieten ? Dis-moi tout ça en commentaires ! Pour aller plus loin Français: regards-interculturels.frslate.frholland.com Anglais:holland.comdutchnews.nl 2 Articles similaires