upoesis.wordpress.com
Les gobelins et les hommes
fussent-ils si laids verdâtres et boursoufflés incapables de dire un autre mot que « bwaaaaaaaaaaark ! » en agitant les lambeaux purulents de leur chair les gobelins et les orques avec leurs vies c…