tracesdusouffle.com
Enfance
on ressasse l’absence grain de sable qui crisse sur le dos de la langue un désir sombre d’enlacement aller vers ce presque rien qui luit porte entrouverte dans le couloir de nuit