sauvazine.com
Electro, exposition à la Philharmonie de Paris
La Philharmonie de Paris présente une exposition autour de la musique électronique « Rêve électro, de Kraftwerk à Daft Punk » à travers l’exploration de son imaginaire, ses innovations, ses mythologies et ses liens avec les arts plastiques. Depuis sa naissance dans les boîtes underground de Chicago et de Detroit il y a plus de trente ans jusqu’à nos jours, l’exposition analyse le phénomène de la culture électro et décrypte sa dimension politique et contre-culturelle à l’image des mutations de notre société. Une exposition à découvrir jusqu’au 11 août 2019. Une exposition-expérience La déambulation dans l’exposition se fait un casque sur les oreilles au milieu d’échafaudage, une sorte d’immersion dans les coulisses. Un décor brut, sombre, pas de successions de salles, la visite se fait sans parcours précis. Des petites alcôves mettent en valeur les grandes villes comme Detroit, New York, Berlin, Chicago, et les utilisent pour explorer les différents univers de ce courant musical en proposant des repères chronologiques. Man & woman machine La musique électro c’est évidement le lien fort entre les machines et les Hommes. Depuis l’invention des instruments du début du XXe siècle, les compositeurs ont toujours cherché à innover, à partir de ces recherches les artistes ont créé cette nouvelle esthétique musicale. L’évolution technologique a énormément contribué au développement des différents courants. La musique électronique est un courant à la recherche d’une esthétique sonore mais aussi visuelle. Aujourd’hui les artistes créent des « lives audiovisuels », mêlant art numérique et performance artistique. Le duo 1024 architecture (Pier Schneider et François Wunschel) ont conçu la scénographie de cette exposition, présentent aussi plusieurs de leurs installations comme Core, le Walking Cube ou encore le Square Cube créé pour Etienne de Crecy et dont une maquette au 1/10e est présentée dans l’exposition. Core est composé de tubes lumineux réagissant à la bande-son. Cet espace fermé invite à la danse ou simplement à la contemplation. Totalement hypnotisant ! Le Walking Cube est un cube fait de vérins qui s’animent et créent son propre son tout en dansant. Cette sculpture dynamique est fascinante à observer. Karftwerk, Laurent Garnier, Jean-Michel Jarre et Daft Punk Ces artistes phares de la musique électro ont tous contribué personnellement à la réalisation de cette exposition : Kraftwerk a conçu pour l’exposition une série de vidéos projetées en 3D et diffusées à l’aide d’un son spatialisé.Laurent Garnier a créé la bande-son de l’exposition 11 mix d’environ 30 minutes chacun. Chaque bande-son représente l’esprit d’une époque, du disco des années 70 à la techno futuriste actuelle en passant par les ville-phares du mouvement comme Chicago, New York, Détroit et Berlin. Jean-Michel Jarre présente un « studio imaginaire » à partir de sa collection personnelle de synthétiseurs et ses instruments novateurs comme sa harpe laser, rendant hommage aux technologies révolutionnaires qui l’ont accompagné au cours de sa carrière.Daft Punk ont créé une installation inédite inspirée de leur clip « Technologic ». Conclusion J’ai beaucoup aimé le côté exposition-expérience, on est actif pendant la visite, on choisit ce que l’on veut entendre, il est possible de jouer et de créer sur une immense boite à rythme, l’installation MR-808 Interactive de Moritz Simon Geist. Une exposition immersive, accessible à tous les publics. Exposition ElectroDu 9 avril 2019 au 11 août 2019Espace d’exposition – PhilharmonieBilletterie#ExpoElectro Exposition ouverte du mardi au jeudi de 14h à 20h | Vendredi de 14h à 22h | Samedi et dimanche de 12h à 20h