papierhuis.com
EN TRADUCTION: RICHARD SIKEN “SCHEHERAZADE”
SCHEHERAZADE Dîtes-moi du le rêve qu’où nous tirons les corps du lac et habille-nous dans les vêtements chauds encore. Comment c’été tard, et pas personne a pu dormir, les chevaux qui courent jusqu…