oktave.wordpress.com
Cette nuit, dans mon lit était l’odeur du massacre
Sur le pavé sombre du sang de la révolte, poisseux, grouillant, se couchait l’ombre morte et sans soupir des arbres tondus, les charognes de caillasse éparpillées là sans un ordre, l’urine des sold…