oblikon.net
Night God de Adilkhan Yerzhanov #EtrangeFestival
Trois voyageurs fatigués arrivent, de nuit, dans une ville dévastée, encombrée de colonnes et de stèles. Des néons clignotent. Une comète passe, comme un mauvais présage. Une horloge sans aiguille indique que le temps s'est arrêté et les habitants ne se déplacent que lentement quand ils ne sont pas complètement immobiles ou prostrés, accentuant encore la longueur des plans. Le cinéaste ne s'autorise que quelques mouvements de caméra pour des scènes qui ressemblent à des tableaux vivants, à des compositions picturales inspirées des toiles de Carel Willink. Un chantier de démolition permanent Tout va s'écrouler. Les murs décrépis suintent d'eau …