ninajo-livres.com
La centaine d’amour
Si quelquefois devait s’arrêter ta poitrine, et que cesse d’aller ce qui brûle en tes veines, si ta voix en ta bouche expirait sans parole, si tes mains s’endormaient en oubliant …