lesyeux-fertiles.com
Handmaid's Tale, un conte moderne et glaçant ! - LES YEUX FERTILES
Étant donné que Pepparshoes nous a parlé récemment du roman écrit par Margaret Atwood, La servante écarlate, j’avais également envie de vous en parler mais plutôt vous dire quelques mot (même plusieurs…) sur l’adaptation en série de ce roman. Et avec la saison 2 qui est sorti, elle fait de nouveau énormément parlé d’elle. C’est une série insoutenable, violente, réflexive, glaçante aux interprétations impeccables sur un fond extrêmement bien dosé et développé. Adapté du roman éponyme de Margaret Atwood, Handmaid’s Tale nous plonge dans un univers futuriste où la société américaine a fait place à un régime théocratique nomme la République de Gilead. Dans cette société, le droit des femmes est inexistant et elles sont considérées comme des utérus sur pattes qui doivent enfanter, pour les rares femmes encore fertiles. Elles deviennent donc des servantes, des esclaves dont leur seul but est de procréer pour la patrie. Cette société contrôle tous les faits et gestes de ces citoyens et même dans leur plus grande intimité puisque la sexualité y est en partie interdite (interdiction d’avoir un amant, des relations comme on l’entend aujourd’hui avec son mari). Le but est seulement la reproduction. Avec un postulat pareil, la série nous développe un univers glaçant, froid et faisant écho à notre époque. Handmaid’s Tale se révèle brillante et possède un potentiel inouï s’achevant de manière magistrale et sans fausse note. Le féminisme, la société, notre mode de fonctionnement, nos libertés, nos croyances, les fondements de l’humanité, la nature même de l’homme, la répression, l’absence de droits de l’homme au profit d’un régime totalitaire et répressif sont autant de sujets qui questionnent et qui sont développés. Handmaid’s Tale dérange autant qu’elle fascine de par son traitement, ses personnages intéressants, bien décrits et émouvants, que par un scénario brillant et glaçant de vérité et une mise en scène intelligente. Dès le pilot, on est embarqué dans ce système et on ressent toute la violence et le mal-être des servantes vivant un calvaire. On suit Defred (ou Offred) durant les pires moments qu’elle va vivre. Et entre lapidations, excisions, viols et toutes autres violences, le seul but du personnage sera de retrouver sa fille. Ce qui est d’autant plus frappant est la condition féminine qui peut s’aggraver. On pense sans mal à dire que les droits acquis durement par des femmes, il n’y a pas si longtemps que ça, sont inébranlables et inchangeables mais comme on peut se tromper. La série nous rappelle à la dure réalité : tout peut changer en un instant autant pour les femmes que pour les hommes. Mais c’est un véritable hymne à la femme qui est clamé dans cette série. Un univers qui fait froid dans le dos et qui malheureusement existe dans certaines parties du monde où la femme n’est qu’un objet qui doit obéir à l’homme. On aperçoit au-delà de cette violence, le portrait de femmes dans leur plus grande force mais aussi dans leur plus grand doute, effroi, faiblesse… Handmaid’s Tale nous dépeint un univers avec autant deRead More