leschroniquesculturelles.com
Douce, de Sylvia Rozelier : la passion à s’en dissoudre
La première fois que je t’ai vu, rien. Aucune inclination amoureuse, attirance, regards qui en disent long, tressaillement, accélération du rythme cardiaque, aucun signe ne pouvait nous laiss…