larencontrepoetique.com
CHARLES BAUDELAIRE RENCONTRE GUSTAV KLIMT « Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre, / Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, / Est fait pour inspirer au poète un amour / Éternel et muet ainsi que la matière. » – « I am fair, O mortals! like a dream carved in stone, / And my breast where each one in turn has bruised himself / Is made to inspire in the poet a love / As eternal and silent as matter. »
Gustav Klimt, Judith et Holopherne, 1901, huile sur toile, 84 cm x 42 cm, Österreichische Galerie Belvedere, Vienne Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre, Et m…