gabrielsf.net
vendredi
Comme je n’en peux plus, des errances, je laisse mon corps immobile.