fablimi.wordpress.com
Morts-vivants
J’aurais pu faire de toi l’un des nôtres, mon amour. Mais tu n’aurais pas dû te saouler à la liqueur de cerise. Je croque ton cou et, désolée, mais ton sang alcoolisé qui coule so…