boitierrouge.com
Lincoln Versailles : l'erreur de casting | Boitier Rouge
Quand on est à la traîne, c'est difficile de rattacher les wagons et de faire un carton. C'est un peu ce qui s'est passé pour la marque « de luxe » du groupe Ford, Lincoln, à la fin des années 70. La Versailles était sa première incursion dans le monde des « compact cars » (oui, compact aux USA n'a pas la même valeur), mais elle n'eut pas le succès escompté ! La crise pétrolière de 1973 avait eu pour conséquence, aux Etats-Unis, la hausse des importations de voitures japonaises ou européennes, plus petites que les grandes américaines, moins gourmandes, et souvent plus performantes. Pour les marques « de luxe » américaines, Cadillac ou Lincoln, voire Chrysler, il s'agissait d'offrir une réponse au succès grandissant des BMW et Mercedes parmi les cadres supérieurs ou les professions libérales qui se détournaient de leurs gros paquebot pour des modèles distingués, élégants et performants. La taille n'était plus un signe extérieur de richesse, et un 6 cylindres en ligne performants