arbrealettres.wordpress.com
Ils comprennent que je suis vieux (Kobayashi Issa)
Ils comprennent que je suis vieux ces moustiques qui susurrent à mes oreilles (Kobayashi Issa)