arbrealettres.wordpress.com
J’entre, sans le savoir, dans la maison d’un mort (Georges Libbrecht)
J’entre, sans le savoir, dans la maison d’un mort. Il me barre le seuil, je traverse son corps. Je piétine un basset qui venait me flairer et sa ligne s’écrase où coulent d…