arbrealettres.wordpress.com
PRÈS D’UNE TOUR SARRASINE, POUR MON FRÈRE DISPARU (Salvatore Quasimodo)
PRÈS D’UNE TOUR SARRASINE, POUR MON FRÈRE DISPARU J’habitais un clair coquillage de mer et dans le lointain j’entendais croître les coeurs de mon âge batt…