arbrealettres.wordpress.com
Le corps de la femme que j’aime (Pablo Neruda)
Que se disperse dans la crise, pour une nouvelle genèse, dans le cataclysme, le corps de la femme que j’aime, en obsidienne, en agate, en saphir, en granite fouetté par le vent de sel d&rsquo…