arbrealettres.wordpress.com
Les fenêtres (Stéphane Mallarmé)
Las du triste hôpital, et de l’encens fétide Qui monte en la blancheur banale des rideaux Vers le grand crucifix ennuyé du mur vide, Le moribond sournois y redresse un vieux dos. Se traîne et…