arbrealettres.wordpress.com
Le jour vide ses poches (János Pilinszky)
Un pont, le macadam brûlant, le jour vide ses poches, une chose après l’autre. Seul dans le soir catatonique. Le paysage : froissure de fond de fossé, cicatrice ardente dans l’ombre qui scin…