arbrealettres.wordpress.com
Le vent je l’entends qui soupire (Emily Brontë)
Le vent je l’entends qui soupire L’automne n’a pas plus triste accent, Au sol les feuilles mortes gisent Aussi serrées que fleurs du printemps — Cette nui…