arbrealettres.wordpress.com
Tu connaissais l’été à son odeur (Eugénio de Andrade)
Tu connaissais l’été à son odeur, le silence très ancien du mur, l’ardeur des cigales, tu inventais la lumière acidulée tombant à pic, l’ombre brève où le gamin s’est endorm…