arbrealettres.wordpress.com
La pauvre Marie (Jules Supervielle)
Elle n’est plus que du silence Tremblant à la pointe d’un cil, Son être tient dans une larme Et voudrait que cela suffit. Comprenez-vous qui je désigne Et je redoute de nommer ? Je pense à la pauvr…