arbrealettres.wordpress.com
L’appel (Jules Supervielle)
Les dames en noir prirent leur violon Afin de jouer, le dos au miroir. Le vent s’effaçait comme aux meilleurs jours Pour mieux écouter l’obscure musique. Mais presque aussitôt pris d’un grand oubli…