arbrealettres.wordpress.com
Si l’on pouvait être aussi ouvert qu’une chambre d’été (Bo Carpelan)
Si l’on pouvait être aussi ouvert qu’une chambre d’été où le vent file inaperçu et où le parfum rêche du fourré de framboises se dresse dans la chaleur vers les jeux des hirondell…