arbrealettres.wordpress.com
Je ne sais qu’emprunter les coulées libres (Jean-Paul Hameury)
L’herbe est si haute désormais que tout chemin s’est dissipé. Ni sentes ni horizon seulement la toile dure du ciel: nuages défaits lumière furtive. Quand d’autres croient pouvoir …