arbrealettres.wordpress.com
Je te hais et je t’aime abominablement (Renée Vivien)
Tes yeux bleus, à travers leurs paupières mi-closes, Recèlent la lueur des vagues trahisons. Le souffle violent et fourbe de ces roses M’enivre comme un vin où dorment les poisons… Vers l&rsq…