arbrealettres.wordpress.com
Choisis-toi vivant, jusqu’à l’oubli, jusqu’à l’amour (Fernand Verhesen)
Détourne tes visages d’hiver, les jours déchiquetés, les cailloux des eaux basses. laisse les herbes scintiller au souvenir de la nuit, mais imite la rosée qui s’offre au jour, déjà lum…