arbrealettres.wordpress.com
Ode (Jean Moréas)
Ode Seins des femmes ! ô seins de lis ! ô seins de nacre ! Vos rythmes indolents dorlotent nos blessures. Leurs lèvres ! Vous gardez, en vos calices l’âcre Saveur des bigarreaux et des grenad…