lesmainsenlair.fr
Le sac transformable ⋆ Les mains en l'air
Aujourd’hui je vous parle d’un sac vraiment super pratique. en tout cas j’y ai trouvé ma solution pour mes vadrouilles en vacances. Il s’agit du sac transformable dont le tuto est proposé par Val de J’ai pensé à un truc. Ce sac est transformable de plusieurs façons. Tout d’abord on peut le déplier pour l’allonger et donc y mettre des choses plus grandes. Ensuite on peut lui changer la hanse pour un porté en bandoulière au lieu de sur l’épaule. En plus de ça, il possède un joli soufflet caché par une fermeture éclair pour l’élargir au besoin. Et sur l’extérieur, il possède une poche zippée cachée par un rabat pour plus de classe (et de sécurité aussi). Bref, quand Val l’a présenté sur son site, j’ai tout de suite accroché, et quand en plus elle a eu l’aimable gentillesse d’en faire un tuto, j’ai sauté sur l’occasion pour faire le mien. J’ai fait quelques modifications néanmoins : J’ai choisi de ne pas utiliser de (simili) cuir. Mais de tout faire en tissus. Donc pour contrer les pièces qui étaient sensé être « brutes », j’ai ajouté une marge de couture et je les ai doublées. Pour la poche zippée extérieure, pareil, les découpes de la fênetre devaient être brutes, j’ai utilisé une méthode classique pour du tissu pour la réaliser. J’ai découpé la pièce de fond du soufflet en une seule fois (comme la pièce intérieure) plutôt qu’en assemblant deux demies pièces Je voulais aussi souligné l’initiative de Val, qui a choisi pour diverses raisons qu’elle explique sur son blog, de ne pas faire payer son travail, mais de demander aux utilisatrices de faire un don à une association. J’ai conscience de la somme de travail qu’il faut pour réaliser un tuto mais aussi de l’importance de la cause qu’elle a choisi de soutenir. J’avais déjà fait un don pour Charlie Hebdo, ça me semblait donc normal de soutenir aussi Reporters Sans Frontières. Au final, j’adore ce sac, et je sens qu’il sera bien pratique pendant nos ballades en vacances, où l’on part le matin avec seulement son portefeuille et que l’on revient le soir les bras chargés de souvenirs.