lesecransterribles.com
L’Étrange Festival - 1er quart de siècle ! - Les Ecrans Terribles
Ô toi, lecteur ou lectrice assidu.e des Écrans Terribles, sauras-tu trouver la force de rompre avec la monotonie ambiante de la reprise automnale ? Non, pas besoin d’antidépresseurs pour cela, il te suffit simplement d’arpenter les couloirs rose fuchsia du Forum des Images, lors de la 25ème édition de l’Étrange Festival (4 au 15 septembre 2019) et ton bonheur sera entier, entre exquises rêveries et atroces cauchemars. Pour cela, on t’a même préparé un parcours idéal, maintenant à toi de jouer ! Pour fêter dignement son quart de siècle, L’Étrange a vu les choses en grand et a eu l’idée ô combien alléchante d’offrir à 25 artistes de tous horizons la possibilité de proposer leur film de cœur. Au programme de cette catégorie 25 ans / 25 choix, deux perles australiennes avec Walkabout et Pique-nique à Hanging Rock, choisis respectivement par Warren Ellis et Mati Diop. Mais aussi plusieurs classique anglo-saxons issus d’époques différentes, comme King Kong (choix de Winshluss), L’obsédé (choix de François Boucq), Barfly (choix de HPG) ou encore l’ultra culte Strange Days (choix d’Emilie Jouvet). De nombreuses autres propositions viennent gonfler cette programmation, notamment des curiosités retenues par Philippe Grandrieux (L’ascension de Larissa Chepitko), Pacôme Thiellement (La petite fille au bout du chemin de Nicolas Gessner), Philippe Découflé (Les petites marguerites de Věra Chytitlová), et enfin par l’immense écrivain britannique Michael Moorcock (En Angleterre occupée de Kevin Brownlow et Andrew Mollo). Autre événement phare de cette édition, l’anniversaire en grande pompe d’un habitué de la manifestation : Alejandro Jodorowsky. Il viendra présenter à cette occasion une version “director’s cut” de son film Le Voleur d’arc-en-ciel qui recompose à l’écran le duo culte de Lawrence d’Arabie, Peter O’Toole et Omar Sharif. Une bien belle façon de célébrer ses 90 printemps ! Dans cette compétition internationale, certains films sont particulièrement attendus comme Furie d’Olivier Abbou (8 ans après Territoires), Idol de Lee Su-jin (thriller coréen dans la lignée de The Chaser de Na Hong-jin), Shadow le nouveau film de Zhang Yimou (Épouses et Concubines, Hero, Le Secret des poignards volants), The Antenna premier film d’anticipation du réalisateur turc Orçun Behram ou encore First Love de l’infatigable Takashi Miike. Autre temps fort de cette année, un focus spécial sur la salle de cinéma mythique de Londres, le Scala Cinéma, haut lieu de programmation inclassable, fréquenté par la crème des cinéastes anglais du moment, Ben Wheatley, Peter Strickland, Martin McDonagh et un certain Christopher Nolan. Historienne et journaliste de cinéma, Jane Giles, longtemps programmatrice du lieu, viendra présenter plusieurs séances avec notamment le premier film de John Hillcoat, sur un scénario de Nick Cave et une musique des ⅔ des Bad Seeds : Ghosts… of the Civil Dead (1988). Sous l’appellation des Inédits de l’Étrange, la projection de The Lighthouse de Robert Eggers et d’Adoration de Fabrice du Welz. Mais aussi d’une d’oeuvre fantastique expérimentale, Les sources occultes de Laurent Courau, d’une curiosité SF, Blood Machines du duo français virtuose Seth Ickerman ; et enfin de plusieurs documentaires aux sujets alléchants, avec par exemple Blood & Flesh : the reel life & ghastly death of Al Adamson de David Gregory sur Al Adamson, électron libre du cinéma d’exploitation américain, ou encore de VJ Diaries qui s‘intéresse au travail de VJing de Merrill Aldighieri au sein du club new-yorkais Hurra à la programmation musicale hautement recommandable (The Del-Byzanteens avec Jim Jarmusch, New Order, Young Marble Giants…) Dans la même veine, signalons la projection de La Chute d’un corps, une rareté de Michel Polac (moins connu derrière la caméra qu’en tant qu’animateur TV) décrit par Gaspar Noé comme « un film unique à la forme hypnotisante ». Passé maître dans l’art de faire ressortir du néant des chefs d’œuvres oubliés, Serge Bromberg a déniché pour cette nouvelle séance spéciale Retour de Flamme, un film muet français des années 20, La Galerie des monstres de Jaque Catelain, acteur fidèle chez Abel Gance, Jean Renoir et Marcel L’Herbier. Autre long métrage sorti des oubliettes pour les Pépites de L’Étrange : Laurin de Robert Sigl qui, par sa beauté plastique, rappelle les premiers gialli, ce qui donne au récit une couleur particulière sans que son auteur n’en vienne à singer les grands maîtres du genre. Lui aussi, il en a fait connaître des réalisateurs devenus depuis des maîtres ! Pourtant, qu’on le veuille ou non, Jean-Pierre Dionnet est réfractaire à toutes les étiquettes qu’on a tenté de lui coller sur le dos. Spécialiste du 9ème Art (il co-fonde notamment Les Humanoïdes associés avec Druillet, Moebius et Bernard Farkas, puis ensuite la revue Métal hurlant), il co-anime l’émission Les Enfants du rock avant de présenter pendant plus de 20 ans l’émission Cinéma de Quartier sur Canal+. À ses heures perdues, il a produit des films de Fruit Chan et d’Olivier Dahan tout en faisant connaître en France les films de Takeshi Kitano, Hayao Miyazaki, Johnnie To, Tsui Hark ou Takashi Miike. Pour sa carte blanche, il a choisi de faire découvrir au public des films rares et inattendus, comme par exemple Réincarnations de Gary Sherman, épaulé par Dan O’Bannon et Ronald Shusett (Alien, Total Recall) au scénario, et Steven Poster (Donnie Darko), à la photographie. Image en Une : ©L’Étrange Festival 2019 >>>>> Pour découvrir toute la programmation, cliquez ici.