le-thiase.fr
Crowdfunding et JDR : l'abus sans-détour
En mars dernier, Le Thiase alertait ses lecteurs sur les potentielles dérives du crowdfunding : L'éditeur qui arrive à financier tout ou partie de son projet grâce à la souscription, même quand il livre ses donateurs à temps, en profite systématiquement ensuite pour faire des bénéfices en continuant d'exploiter le titre en librairie. A mon sens, tout excédent devrait être reversé presque exclusivement aux auteurs et illustrateurs du projet, car je me permets de la rappeler : si traditionnellement les profits vont à l'éditeur, c'est uniquement parce que celui-ci est sensé avoir pris un risque financier en amont. Avec les plus de 400 000 euros que l'éditeur Sans-Détour avait alors réussi à lever, on aurait pu croire que les annonces de projets éditoriaux allaient s'enchaîner, sans besoin d'avoir à nouveau recours au financement participatif. C'est d'ailleurs ce qu'il annonçait sur son site le 26 mars 2015 à l'issue de cette première campagne de crowdfunding autour de l'univers de