voyelsenmele.com
La Faucheuse, T1 - Neal Shusterman | Voyel s'en mêle
Alors que j’avais décidé de lire moins de romans Young Adult, c’est à cause (ou grâce à ?) Léa du blog Just About Lizzie que j’ai tout de même découvert le premier tome de La Faucheuse de Neal Shusterman. En effet, elle me l’avait prêté en me promettant que je passerai un excellent moment en le lisant et qu’il ne ressemblait en rien à ce que j’avais pu lire jusqu’à présent. C’est donc sur les conseils de mon amie que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture. L’œuvre en bref Titre original : ScytheTitre français : La FaucheuseAuteur : Neal ShustermanPays : États-UnisÉditeur : Robert Laffont, Collection RDate de parution : 16 février 2017Nombre de pages : 493Prix : 18,90€ (Numérique : 12,99€) Les commandements du faucheurTu tueras.Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté. Ce que j’en ai pensé J’ai mis un peu de temps à me lancer dans ma lecture de ce premier tome de la saga La Faucheuse, je sortais d’une panne assez longue et irritante et pour être tout à fait honnête, me lancer dans un Young Adult ne m’attirait pas tellement, encore moins dans un univers se rapprochant de la dystopie. J’ai tout d’abord lu un chapitre, puis ai fait une pause, lu un autre chapitre, puis ai encore fait une pause… J’ai dû faire ça sur environ quatre ou cinq chapitres avant de me lancer corps et âme et d’enchaîner chaque page jusqu’à la fin du roman presque sans m’arrêter. Le fait qu’on ne connaisse pas tout de ce nouveau monde est intriguant et peut facilement expliquer l’addiction qu’on peut éprouver en lisant ce livre. Après tout, même en refermant le premier tome, on est encore loin de tout savoir sur ce futur pas si lointain, et c’est tant mieux ! J’ai eu beaucoup de mal à cerner les personnages et même à les apprécier, mais j’ai finalement pu m’attacher à eux. Citra, d’abord, qui est une jeune femme forte et indépendante, loin des clichés qu’on peut souvent voir dans des romans catégorisés pour jeunes adultes. Puis, Rowan, avec qui j’ai eu beaucoup de mal, surtout quand il essaye à tout pris de protéger Citra bien qu’elle lui ait dit de ne pas le faire – heureusement son attitude change et il devient même mon préféré entre les deux ! Bien sûr, impossible de ne pas aimer Maître Faraday, un personnage incroyablement empathique tout en restant professionnel et droit dans ses obligations. Côté scénario, le moins que l’on puisse dire, c’est que La Faucheuse sait surprendre ! Je crois n’avoir vu venir aucun retournement de situation. On croit toujours avoir compris où nous emmène l’auteur, et paf ! une nouvelle surprise vient nous frapper de plein fouet. Jusqu’à la toute fin du roman, je me suis demandée comment les deux protagonistes allaient se sortir de cette histoire, comment ils allaient réussir à survivre tous les deux. Et on peut dire que Neal Shusterman a très bien géré cette fin hors du commun ! Finalement, mon ressenti global se résume à… Un petit coup de cœur. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’était ma meilleure lecture de l’année 2018, mais elle fût excellente et j’ai même très hâte de lire la suite, que je compte d’ailleurs me procurer très bientôt. Ce premier tome de La Faucheuse signe donc ma réconciliation avec le Young Adult. La citation de la fin Je suis convaincue que les mortels se battaient avec plus de force pour atteindre leurs objectifs, car ils savaient que le temps leur était compté. Mais nous ? Nous avons beaucoup plus de facilité à repousser les échéances que ceux condamnés à mourir. Car la mort est devenue l’exception plutôt que la règle. La Faucheuse, T1