rwsbruxelles.be
Communiqué officiel RWS Bruxelles 31/03/2017
Le RWS Bruxelles organisera la semaine prochaine une conférence de presse. Deux éléments importants ont motivé notre réflexion. Encore une fois, certains donnent délibérément une version tronquée de la réalité afin de tromper le public. Les sommes dues à Vanhamel et Joachim Le RWS Bruxelles a été sommé de payer des montants à deux joueurs qui passent pour des victimes alors que la vérité est bien autre. Encore une fois… Nous laissons libre à chacun de se faire son opinion après lecture des éléments ci-dessous. Cas Vanhamel : Ce joueur a, dans un premier temps, prétendu qu’il arrêtait sa carrière professionnelle pour travailler la journée tout en jouant en amateur… Finalement, une fois démasqué, il a cassé son contrat pour pouvoir « toucher plus en étant joueur libre ». Pour reprendre ses propos exprimés dans un SMS envoyé à la Direction du club. Privant, par la même occasion, le club qui l’a relancé en Belgique de la possibilité de percevoir un transfert qui aurait soulagé les salariés du club, ses éducateurs et ses jeunes joueurs. Cas Kinkela : Ce joueur, mis à l’écart du groupe Pro par le Paris FC, est arrivé au club fin février 2016. Il n’a effectué que 2 matchs comme titulaire pour 2 rentrées en jeu et réclame que lui soit payé une prime d’accession en D1A !!! Clause spéciale dans le contrat du joueur : La Fédération, en nous demandant de payer ces sommes, cautionne des comportements de mercenaires qui sacrifie les intérêts d’un club, de ses jeunes, de ses éducateurs et de ses employés pour leur seul et unique intérêt. Sans parler du fait que le championnat est faussé. Le RWS Bruxelles ne se soumettra pas à ce diktat et en assumera pleinement et volontairement les conséquences. Pour info : Depuis avril 2013, plus de 100 joueurs professionnels sont passés par le club. Les seuls cas de litiges concernent : Un jeune joueur qui n’avait pas le niveau pour évoluer au sein de notre équipe première et que nous payions à l’époque pour jouer dans un autre club en prêt et qui réclame, 1 an après, des frais de déplacements pour des déplacements qu’il ne faisait plus… Un gardien de but remplaçant les 3 saisons précèdent son arrivée au RWS Bruxelles qui casse son contrat pour, selon ses propres mots, « gagner plus en étant libre ». Un attaquant inconnu en Belgique et qui n’avait joué que 12 minutes en 6 mois dans son club précèdent, que nous avons relancé, et qui casse son contrat pour « toucher une prime de signature ». Un attaquant qui n’a joué que 2 matchs comme titulaire pour 2 montées au jeu mais qui réclame une prime d’accession en D1A alors que nous avons été injustement envoyés en D3. Encore une fois, la vérité n’est pas celle que certains essayent de véhiculer pour salir un club qu’ils n’aiment pas pour des raisons qu’ils n’osent avouer… Tous les anciens joueurs du RWS Bruxelles reviennent avec plaisir dans le club qui pour la majorité d'entre eux, leur a permis de se révéler ou de relancer leur carrière. 2. Notre match au club de Wilrijk Lors de ce match, certains de nos joueurs ont eu droit, à de très nombreuses reprises, à des cris de singes venus d’une partie du public local. La presse, si rapide à relever (uniquement pour le RWS bruxelles) les difficultés financières que rencontrent pourtant 90% des clubs belges, n’a bien évidemment pas daigné écrire ( à défaut de s’indigner) sur ces comportements racistes. De plus, mais faut-il s’en étonner, la Fédération, si prompte dans sa fonction d’intermédiaire en recouvrement de créances, ne s’est évidemment pas saisie du dossier alors que les autres Fédérations elles, sur recommandations claires de la FIFA et de l’UEFA, sanctionnent fermement et sans équivoque ces agissements dignes d’une autre époque. Ces éléments, entre autres, éclaircissent les esprits objectifs sur le traitement spécial qui nous est réservé et nous amènent à prendre des dispositions sur lesquelles nous reviendrons en détail très prochainement. Le RWS Bruxelles