perruchenautomne.eu
Cher Prescrire,
Je t’aime beaucoup. J’aime bien ton coté moralisateur, culpabilisant et sur de soi, comme un sermon de curé, admonestant ses ouailles à plus de retenue en tout. Tu accueilles certaineme…