midetplus.fr
Prénom quand tu nous tiens
Notre prénom influence notre vie et ce n’est pas négligeable ! « L’Officiel des prénoms » en affiche 12 000 au compteur, 6 000 par sexe, de quoi mettre dans l’embarras de futurs parents. Le prénom est pourtant la première étiquette sociale d’un petit être en devenir... Tout est affaire d’instinct Ne vous y trompez pas, un prénom c’est pour la vie ! Enfin, jusqu’à aujourd’hui où en changer devient une démarche administrative. Mais, interrogeons-nous sur l’influence du prénom sur nos comportements. Gabriel et Louise tiennent la corde, mais s’appeler Vincent ou Marianne nous rendrait-il plus heureux ? Entre en jeu l’instinct qui varie selon les individus, certains choisissent Nutella (véridique) ou Pierre (nom de famille Tombal), l’erreur est humaine ! Les chercheurs affirment que nous ressemblons physiquement à nos prénoms, le jeune Russe dont le prénom + nom de BOH dVF 260602 a été refusé (traduisez par Objet Humain Biologique) parce qu’il comporte des chiffres, même la Cour européenne des Droits de l’homme n’a pas voulu trancher. « Stratégie refuge » ou « Stratégie de la différence » La première bien ancrée en France est à rapprocher de Montaigne « Quelques diversités d’herbes qu’il y ait, tout s’enveloppe sous le nom de salade ». 17 rois de France prénommés Louis et 110 chevaliers prénommés Guillaume, depuis 1993, les parents ont toute liberté pour choisir le prénom de leur enfant. Autrefois, seul le calendrier primait, depuis, les Français grisés se sentent des ailes pour le pire et le meilleur. Clode ou Khloe, Océane ou Prune, tout est permis, Titeuf, Folavril, Mini-Cooper ou Boghosse, ou, comme en Suède, on accepte Google et Lego mais pas Elvis et Ikea. Des agences proposent même de vous trouver la perle rare pour la somme de 24 000€ selon la sonorité, la signification en douze langues et le marché des marques. Prénom, qui es-tu ? Benoît, Lola ou Mouna auraient des silhouettes arrondies tandis qu’Eric, Loïc ou Alix seraient plus anguleux. Mais que dit votre prénom ? Thomas signifie « Jumeau », Basile en grec est le « Roi » et en arabe le « Très généreux ». Julien fait référence au « Premier duvet » du jeune homme, Charlotte « Un homme libre », Eric « Toujours un souverain » et Gwendoline « Anneau blanc ». Stéréotypes dans les métiers, ingénieur ou paysan, stéréotypes aussi dans les prénoms mais plus difficiles à percevoir. Les Charlotte ont des sacrés caractères, les Maximilien ont un grand sens moral et le sexe est important, une Monique est plus féminine qu’une Dominique et un Dominique moins masculin qu’un Childéric. Prénom et discrimination Le nombre de syllabes, une orthographe conventionnelle, les terminaisons, tous ces éléments répertoriés par des chercheurs en économie américains révèlent sur 6 000 personnes que le prénom indique de façon significative le salaire, le statut social et le niveau d’études qu’elles veulent atteindre pour réussir. En France, chaque année, le sociologue Baptiste Coulmont classe les bacheliers selon leur prénom : Côme, Ariane, Irène et Madeleine ont une chance sur quatre d’obtenir la mention TB contre 15% pour Apolline, Domitille, Hortense et Daphné, quant Kevin, Jordan et Mélissa ne dépassent pas les 3%. La ville de Saint Louis a dopé l’incidence des Louis et celles qui commencent par la première lettre du prénom ne seraient pas choisies par hasard. Le métier est aussi concerné, disproportion de Denis chez les dentistes. Les chercheurs ont enfin interrogé des hommes sur leurs performances amoureuses, ces messieurs sont plus attirés par des femmes aux prénoms ressemblant aux leurs : Virginie rassure Victor, Mirabelle cuirasse Michel et André protège Anastasia ! Vicky Sommet Le pouvoir des prénoms d’Anne-Laure Sellier (Éditions Héliopoles, mars