midetplus.fr
Pourquoi est-ce que je ne maigris pas ? (2)
Nous avons vu dans notre article précédent le rôle de la glande thyroïde dans la régulation du métabolisme et dans une éventuelle résistance à la perte de poids. Nous allons nous pencher cette fois sur un autre mécanisme hormonal, celui de l’insuline, tout aussi crucial dans la régulation métabolique. De quoi s’agit il ? L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas qui a une double fonction de sécrétion. Exocrine d’abord, avec la production des enzymes digestives essentielles à notre métabolisme et à l’assimilation de ce que l’on mange. C’est la fonction endocrine, ou hormonale, qui nous intéresse ici. L’insuline (et son associée l’hormone glucagon) sont sécrétées lorsque la présence de sucres est détectée dans le bol alimentaire, ce qui fait monter le taux de glucose du sang. L’insuline a pour rôle de faire redescendre la glycémie en faisant rentrer le sucre dans les cellules, autrement dit l’insuline permet l’assimilation du sucre dans le corps. ♦ Plus je consomme de sucre, plus j’augmente la sécrétion d’insuline. ♦ Plus je sécrète d’insuline, et plus je stocke dans mes cellules (surtout si elles ne dépensent pas tout ce glucose en énergie…). Si de plus j’ai du glucose en excès, les cellules le convertissent en gras en créant une cellule graisseuse, une adipocyte. ♦ Plus l’insuline monte haut, plus elle me fait alors basculer en hypoglycémie réactionnelle en redescendant, état où j’ai envie de remanger du sucre. En résumé, il est impossible de maigrir lorsque l’insuline est instable. Pour perdre du poids, il faut que l’insuline soit basse. La prise de poids due à l’insuline est caractérisée par les fameuses poignées d'amour désespérément tenaces malgré les heures assidues de gainage. Comment agir ? ♠ Retirer de l’alimentation tous les aliments ayant un index glycémique et insulinique élevé, c’est-à-dire impactant fortement la quantité d’insuline qu’ils vont générer pour être digérés. Par exemple, les sodas, les bonbons, les aliments raffinés à base de sucre blanc et farine blanche, les fruits très mûrs, le riz blanc trop cuit…¹ ♠ Éviter les aliments de régime faux-amis qui font grimper l’insuline : les yaourts 0% sucrés, les galettes de riz soufflé, le café (fait monter la glycémie par libération du sucre dans le foie) ou encore l’alcool (bourré de sucre !). ♥ Favoriser la dissociation alimentaire en ne combinant pas les féculents avec les protéines (animales ou végétales) au cours d’un même repas. Diminuer les féculents de façon générale, surtout issus de céréales. ♥ Utiliser sur conseil d’un naturopathe certaines plantes hypoglycémiantes sur une courte durée : le Garcinia Cambogia, la Cannelle, la Bardane, les feuilles de Mûrier noir. Certains micro nutriments comme le Chrome et le Zinc permettent de potentialiser l’action de l’insuline et donc d’en diminuer la quantité sécrétée. Et n’oublions pas que réguler sa production d’insuline permet de préserver le pancréas, d’éviter que les cellules deviennent résistantes à l’insuline, donc in fine de faire une prévention efficace contre le diabète de type 2. Associée à une activité physique quotidienne, une alimentation très réduite en sucres permet de perdre du poids efficacement. Marine Le Gouvello Naturopathe, diplômée du CENATHO 7, rue de Bellefond, 75009 Paris Consultation sur rendez-vous tél. 06-61-85-88-22 ¹Vous trouverez une liste complète des aliments sucrés à faible indice glycémique dans mon livre Naturopathie le guide complet au quotidien, à paraître en librairie dès le 16 février