charlescarson.ca
LE GOUVERNEMENT VEUT STRUCTURER LES PROFESSIONS DE L'ART ET DES ANTIQUITÉS : ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN SORRIANO | Artiste peintre International | Charles Carson | Grand-maître en beaux-arts | Master of fine arts | Inverstir en art
LE GOUVERNEMENT VEUT STRUCTURER LES PROFESSIONS DE L'ART ET DES ANTIQUITÉS MARCHÉ DE L'ART ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN SORRIANO «Grace à sa double casquette de cadre supérieur de la fonction publique et d'Expert en Antiquités, Christian Sorriano a été chargé, par arrêté ministériel du 2 décembre 1992, d'une gigantesque entreprise : structurer les professions de l'Art et des Antiquités. Il accorde à L'estampille/L'Objet d'Art son premier entretien.» «L'E.O.A : Comment contez-vous aborder le domaine de l'expertise des professions liés au commerce de l'art ? C.S. : Le titre d'expert n'est protégé par aucune texte juridique en France. N'importe qui peut se prétendre Expert en Antiquités, avoir pignon sur rue, et délivrer des certificats d'authenticité. Cette situation entraîne des abus de toutes sortes. Cela n'est pas sérieux et le public s'interroge à juste titre sur la valeur des experts. Ceux-ci sont pourtant indispensables. Ma mission consiste en la rédaction d'un statut d'expert qui servira de référence. Une des tâches de la commission constitués pour l'élaboration de ce statut sera également de différencier l'expertise de l'estimation. Si l'on en croit les publicités et les devantures des galeristes, des antiquaires et des brocanteurs, tous sont experts...! Or la plupart ne donnent que les estimations: ce sont donc des estimateurs. Il faudra se pencher sur cette "qualité" et en tirer les conséquences juridiques par la reconnaissance d'un nouveau titre. La tâche est considérable pour les professions de galeriste, antiquaire et brocanteur. Il n'existe aucun texte réglementant l'accès à ces professions. Après l'inscription au registre du commerce et à celui des revendeurs d'objets mobiliers auprès de la Préfecture, avec la tenue du registre de Police "à l'usage des antiquaires, garagistes, etc.", n'importe qui peut s'installer et vendre des oeuvres d'art et des antiquités. L'objectif de la commission sera d'apporter une crédibilité accrue à ces professions sans les dénaturer.» Voir article complet...