boitierrouge.com
Maserati Ghibli (Tipo 115M) : vent chaud sur Modène ! | Boitier Rouge
Le nom de Ghibli est revenu plusieurs fois sur l'établis, soit avec la 2ème du nom soit avec la plus contemporaine 3ème du nom, mais il faut bien l'avouer, seule la première a véritablement marqué les esprits. Certes, la Ghibli II possède son charme, mais cela reste une Biturbo « évoluée », tandis que la III s'est transformée en berline, niant l'histoire même du modèle malgré ses qualités. La Ghibli originelle, elle, peut se targuer d'être une réussite esthétique grâce au génie du jeune Giugiaro (il n'a pas encore 30 ans) qui venait de quitter Bertone pour Ghia. Dans les années 60, les officines italiennes allaient produire certaines des plus mythiques sportives. Lamborghini ouvrait le bal fin 1965 en présentant la Miura, stricte 2 places à moteur arrière (un V12) tandis que Ferrari fermait le ban avec une Daytona en 1968 (12 cylindres aussi, mais à l'avant). A cette époque, Maserati était toujours sous le contrôle de la famille Orsi, et en particulier du fils d'Adolfo, Omer « Omar »