boitierrouge.com
Mazda MX-5 NA : japonaise à l'anglaise | Boitier Rouge
Parfois, le courage, l'ambition, la « vista » ou tout simplement l'écoute du marché permet à un petit constructeur de créer un marché, ou de le relancer. On croyait l'époque du roadster à l'anglaise terminée, enterrée avec les années 70. Et pourtant, une marque automobile japonaise, sise à Hiroshima (une preuve de résilience), n'hésita pas à jeter un pavé dans la mare en lançant en 1989, à contre courant, l'étonnante et ravissante Mazda MX-5 ! Il y a peu passait à la télévision « Stupeur et tremblement », une adaptation du roman d'Amélie Nothomb décrivant l'extrême rigidité de la société japonaise en générale, et de la hiérarchie dans l'entreprise. L'expérience (vécue) de l'auteur vaut ce qu'elle vaut : une chose est sûre, Mazda n'entrait pas, dans les années 80, dans ce cadre là. Il fallait une grande ouverture d'esprit et une extrême compréhension du monde occidental pour lancer la MX-5, connue aussi sous les noms de Miata, ou d'Eunos Roadster, ou tout simplement, dans la bouches