boitierrouge.com
Opel Omega (B) V8 : le vaisseau-amiral fantôme | Boitier Rouge
Pour beaucoup d'amateurs d'automobiles français, le positionnement de la marque allemande Opel (aujourd'hui dans le giron du groupe PSA) a toujours été flou. Pour certains, c'était « cheap et beauf », pour d'autres « du solide et du sérieux », et pour la majorité c'était... bah justement, c'était pas grand chose. En Allemagne, c'était un peu différent. Constructeur généraliste, Opel cherchait quand même à rivaliser avec ses compatriotes spécialistes BMW, Mercedes ou Audi en proposant en haut de sa gamme de grandes berlines qu'on nommerait aujourd'hui « d'access-premium ». Acheter une Opel Omega, c'était un peu un achat malin, obtenir le luxe au prix de l'ordinaire. Avec une gamme coiffée par une MV6 (V6 3 litres de 211 chevaux), l'idée vint à l'état-major du constructeur d'aller encore plus loin, et de concurrencer les autres grandes berlines allemandes avec sa vision d'une Omega B V8. Avant toute chose, replaçons l'Omega B (puis B2, restylée en 2000) dans son contexte : on pourra