boitierrouge.com
BMW M3 GT (E36) : le prix de la rareté | Boitier Rouge
Voilà un modèle qui m'a immédiatement plu lorsque je l'ai vu pour la première fois dans les pages des magazines automobiles de l'époque. Issu d'un modèle unanimement reconnu, quasiment parfait (lire aussi : BMW M3 E36), il rajoutait ce qui manquait à la série de Monsieur tout le monde : de l'exclusivité, un peu plus de puissance, et quelques raffinements (telle cette superbe peinture British Racing Green) qui m'auraient permis de goûter aux joies de la M3 tout en jouissant d'une certaine originalité. Au lieu d'aller chercher la distinction chez Alpina (lire aussi : Alpina B3/B6/B8 E36), on pouvait donc s'offrir, en 1995, cette superbe BMW M3 GT (E36). En 1995, la M3 E36 existait déjà depuis 3 ans. Trois années seulement pour commencer à inquiéter des ténors de la catégorie, Porsche ou Ferrari par exemple, qui voyaient leurs entrées de gamme sérieusement menacés par cette M3 performante, facile à conduire (en comparaison), valorisante et disposant de 4 places. A côté, la Porsche 968,