boitierrouge.com
Renault Scenic RX4 : l'éphémère baroudeur | Boitier Rouge
En France, on a pas de pétrole mais on a des idées. Partant du principe que le marché des 4x4 n'était pas encore assez grand pour justifier le développement d'un véhicule spécifique, et constatant avec justesse le boom des monospaces compacts à l'époque, Renault s'était dit, au tout début des années 2000, qu'il y avait sans doute un bon coup à faire pour « tester » le marché naissant des SUV sans trop bourse délier. La solution ? Une drôle de bestiole baptisée Renault Scenic RX4. Malgré une gueule « chelou » (que ce soit en phase 1 ou en phase 2), le Scenic était un réel best-seller. Il faut vraiment l'avouer, il n'était vraiment pas beau, sorte de Mégane 1 hypertrophiée au cul tout rond et à l'avant tout mou. Il faut croire que « les voitures à vivre » n'avait pas besoin d'être belle pour se vendre ; ou bien qu'il existait une clientèle prête à sacrifier la beauté extérieure pour la praticité intérieure ; ou alors, Renault, « créateur » de l'Espace, bénéficiait d'une cote supérieure