boitierrouge.com
Toyota Prius IV : l'art difficile de la séduction ! | Boitier Rouge
Ségolène lança la « bravitude » lors d'un voyage en Chine, et Oldelaf chanta la « tristitude » sur Europe 1. Toyota quant à lui inaugura avec la Prius, toutes générations confondues, le concept de « mochitude », ou comment se démarquer volontairement avec un design à contre-courant des modes (et c'est peu de le dire). Si tout le monde s'accorde (ou presque) pour louer sa laideur, force est de constater que la Prius s'en est pas mal sortie, jouant même de son physique « différent » avec habileté pour devenir une icône de l'hybride novatrice, créant presque de toute pièce un marché, et lui permettant toujours de jouer les excentriques. Les voitures que j'essaie habituellement sont suffisamment fortes en gueule, en personnalité ou en bruit pour que les passants se retournent à mon passage (surtout lors d'un voyage de presse ou plus d'une dizaine de bagnoles du même type tournent dans un périmètre relativement restreint) : la Prius IV ne fait pas exception à la règle, mais pour des