au-fil-des-pages.be
Aux douceurs du temps de Véronique CHAUVY - Au fil des pages
Edition: De Borée Nombre de pages: 339 pages 0 % Résumé: À la fin du XIXe siècle, Juliette, fille d'une famille modeste, hérite de la confiserie de son oncle à Clermont-Ferrand. Malgré l'interdiction de son père, elle se lance dans cette aventure et devient sa propre patronne. Son commerce étant prospère, elle embauche Pierre, dont elle tombe amoureuse et avec qui elle a une fille. Mais très vite, Juliette doute de l'honnêteté de son conjoint. Merci à l'édition De Borée pour cette gourmandise Mon avis:Juliette est travailleuse. Engagée dans une confiserie, elle a su montrer qu’elle connaissait cet univers si particulier. Sa vie bascule lorsqu’elle devient subitement propriétaire d’une confiserie fermée depuis plusieurs années. Qu’à cela ne tienne, elle décide de se lancer: elle va ouvrir sa propre confiserie. Les défis sont nombreux, le travail immense, mais aidée de son commis, Pierre, elle s’installe confortablement. Les années passant, elle a fini par épouser son commis. Pour autant, c’est toujours elle la patronne, et les choses doivent être faites comme elle le décide. Ce qui peut susciter des aigreurs… J’ai a-do-ré ce roman. Pas bien épais, il se laisse pourtant déguster comme un bonbon. L’auteur ressuscite pour nous un passé oublié, celui du savoir-faire traditionnel et familial de la confiserie. On est bien loin des usines qui fabriquent des bonbons par millions d’aujourd’hui. Grâce à cette lecture, j’ai passé la porte d’une boutique chaleureuse, gourmande et vraiment belle. L’intrigue est bien construite. On ne reste pas uniquement sur l’histoire d’une jeune fille à qui tout réussit. Mais on est rapidement confrontée à la position des femmes à la fin du XIXe siècle, dans une société qui considérait que celles-ci n’étaient pas aptes à mener leurs propres affaires. Juliette possède un caractère affirmé bien que doux. Elle est créative, travailleuse, tenace. Tout ce qu’il faut pour qu’elle soit intéressante à mes yeux. Elle a également pris le temps de nous expliquer certains procédés de fabriquer. Et je dois bien dire que ses cerises en chemise sont vraiment alléchantes (j’ai fouillé le net pour essayer d’en trouver!!). J’ai fait une magnifique plongée dans le temps, qui m’a laissé un peu rêveuse de cette époque passée, que j’aurais vraiment aimé pouvoir découvrir de mes propres yeux. En tout cas, elle m’aura donné envie, si un jour je me rends à Clermont-Ferrand, de me rendre dans une confiserie familiale. J’ai vérifié, il en existe encore hihi Articles similaires