architectes.maison
Extension d’une maison de campagne à St Vincent du Lorouer, par ATELIER POTENTIEL
Le site se compose d’un ancien corps de ferme sur une colline. Son style vernaculaire ancien donne du charme au lieu par l’usage de pierres et briques apparentes, d’enduit à la chaux et de couverture en tuiles plates. Son implantation sur la colline permet d’avoir de belles vues sur la vallée.Objectif_ La maison est orientée au sud pour bénéficier de l’ensoleillement. Toutefois, la maison ne bénéficie pas des vues sur la vallée car elle est située au nord de la maison et sa façade y est aveugle. L’extension devra réorienter les vues de la maison sur le paysage tout en bénéficiant de l’ensoleillement naturel._ Aucune entrée dans la maison n’est visible depuis l’accès à la parcelle, le projet aura pour objectif de créer une nouvelle entrée visible et accessible pour le visiteur._ L’extension à réaliser devra respecter le charme du lieu pour ne pas le dénaturer.Projet_ Pour respecter l’existant, l’extension va se contraster subtilement pour permettre de lire clairement l’histoire des bâtiments et leur époque, tout en ne dénaturant pas l’ambiance ni le charme du lieu. C’est alors que l’extension sera réalisée avec les mêmes matériaux que l’existant, mais avec un dessin contemporain. De cette manière, l’extension est encrée dans son époque tout en conservant les qualités de l’architecture vernaculaire locale._ L’extension est implantée en oblique par rapport à l’existant pour affirmer une rupture visuelle avec l’existant vue depuis l’extérieur. Le jeu d’oblique de l’extension permet d’orienter l’extension vers le paysage, et également d’orienter la maison dorénavant vers l’accès de la parcelle pour signaler une nouvelle entrée et mieux accueillir le visiteur. Pour affirmer cette rupture, les deux volumes sont désolidarisés par un jeu de façades en retrait vu depuis l’arrivée sur la propriété._ De l’intérieur, c’est l’effet inverse qui est produit, car l’existant et l’extension ne font plus qu’un en constituant le séjour au rez-de-chaussée. Le séjour est désormais ouvert sur le paysage par des grandes baies vitrées. Pour accompagner cette union, une passerelle au 1er étage vient relier les deux volumes, et le mur intérieur en brique de la partie existante est prolongé dans l’extension._ Pour permettre, cette sincérité de lecture de l’histoire des bâtiments, l’existant est mis en valeur par un vide sur 2 niveaux entre l’existant et l’extension permettant de mettre en valeur le mur en pierre de l’existant et les charpentes en bois de l’extension. Ce vide baigne de lumière par des ouvertures zénithales éclairant le séjour à tous les moments de la journée. Ce vide est amplifié par une baie vitrée, en retrait de la façade, qui crée une faille entre l’extension et l’existant et efface les limites intérieures et extérieures en faisant poursuivre la végétation à l’intérieur sous l’escalier._ La partie existante sera totalement réaménagée sur ces deux niveaux avec la création des deux ouvertures en toitures de style traditionnelle (lucarne et chien assis) pour respecter le bâtiment. Une ouverture en façade nord sera de style contemporain créant une cohérence de style avec la nouvelle entrée._ Des aménagements extérieurs sont réalisés pour mieux organiser le stationnement des voitures et les passages pour piétons._ Une maison de vigne en ruines sur la propriété est également aménagée en serre et jardin d’hiver. Les ruines sont conservées et consolidées. Une serre toute vitrée est placée à l’intérieur de la ruine contre les murs intérieurs. Pour en suggérer son volume historique, la serre reprend parfaitement les dimensions du volume intérieur de la maison d’origine avec son toit à deux pentes.