espaceblancdeblancs.com
Une histoire de
Comme trop rarement, on décidera d'aller au resto. Toi et moi. Tous seuls. Parce qu'on a pas les enfants et qu'on a envie de se retrouver. On s’assoira un en face de l’autre je te trouverai beau et chanceuse de t’avoir, comme toutes les fois où je t’ai pour une soirée entière juste à moi. T’entendras ce que je pense, on sourira sans même se dire quelque chose. Je me rappelle la première fois où t’as baissé les yeux, comme gêné parce que tu savais que c’était l’amour qui prenait ses aises entre nous, mais que tu ne savais pas trop comment en parler pour la première fois. Tu baissais les yeux dans ton assiette sur la table, toi qui n’es jamais gêné de rien. J’espère qu’on va toujours garder ça, ce sentiment que c’est la première fois qu’on fait quelque chose. La sensation que c’est la première fois qu’on fait l’amour alors que tu connais mon corps et mes envies mieux que les règles du football. Garder de revivre chaque rendez-vous comme si c’est notre première date, alors qu’on en a eu des dizaines. On va se parler de tout et de rien (ben… tu vas parler et moi t’obstiner et te dire que tu radotes…), on va probablement argumenter sur un sujet sur lequel on est d’accord, à la base, juste par principe. Juste pour le plaisir de constater à quel point on est différents, à quel point on n’avait aucune chance, à la base, toi et moi, mais à quel point ça marche au final. Pendant un silence, tu penseras que je cherche un argument, mais je serai simplement en train de réfléchir à tout ce que tu m’as appris, à comment j’évolue à ton contact, tout ce que je vois aujourd’hui que je ne voyais pas avant. La version de moi-depuis-toi est bien mieux – même que des fois, elle kick des culs ! J’ai le sentiment que je peux tenir le Monde d’une main tant que tu tiens l’autre. Tu vas me regarder longtemps, et je vais détourner le regard, comme chaque fois, en me demandant ce qui se passe derrière tes yeux taquins. J’ai juste peur que tu découvres des affaires que je n’avais jamais laissé voir à personne. Parce que des fois j’ai l’impression que tu vois à travers moi. Je vais te demander « quoi » et tu vas me dire « rien », mais ça va vouloir dire « je t’aime ». On va sortir du resto, je me blottirai contre toi. Je vais prendre ta main, que tu tiendras quelques secondes et lâcheras, parce que je sais bien que tu n’aimes pas être attaché, mais bien libre. On va marcher lentement jusqu’à l’auto, on sera bien. Je vais te dire que j’ai hâte d’être ta femme et tu me répondras « moi aussi ». Ma vie sera complète et heureuse, dans le moment présent, avec toi près de moi. * Tiré de ce que j'avais écris à mon maintenant-mari quelques mois avant de s'unir pour de bon... Je me relis et je pense toujours autant ce qui est écrit ici. Maudit que c'est beau, l'amouuuuur! J.
Galaxythemes.net