~encore~

The epikhigh concert was amazing😭😊. I got chills, almost teared up hearing my fave songs and a lot of cool and funny moments😢(when they started with encore i almost lost it lol that song is the perfect song to start the show). Dj tukutz definitely stole the show lmao. “I’m so sorry but I love you”-his quote for the night lol & alot of awesome dance moves. Dumbfounded opened for epikhigh & Danny (1tym) and Ben baller(ew wtf lol) came out played around the stage for 1 song w/df. Even after of 4hrs😓 of waiting in line it was worth it.  I cant believe i saw them live, and hopefully they will comeback here in cali soon😊.

Parfois je me dis que l’humain est vraiment masochiste. Il va au devant de ce qui lui fait mal pour espérer encore y trouver un peu de bien-être. Comme les mouches qui se cognent contre la vitre et qui persistent parce qu’elles croient profondément, qu’à un moment ou à un autre, elles vont réussir à passer à travers… elles sont juste trop bornées et trop stupides. Trop pleines d’espoir.

J’ai été conne.

Conne de croire que je pouvais changer la vie de quelqu’un et que quelqu’un pourrait changer ma vie, conne de croire que j’avais trouvé la bonne personne avec qui être moi même, conne de croire d’avoir trouvé quelqu’un qui se battrait pour moi, conne tout court. Je suis juste une pauvre conne qui a encore ouvert son coeur à quelqu’un qui ne le méritait pas. 

Tagged by drunkonjealousy1322

So if Taylor decided right now that she was quitting music and decided to put on the tour to end all tours (an ultimate tour made up of all the classics from her albums) this is how I reckon it would look:

1. New Romantics
2. Tim McGraw
3. Holy Ground 
4. Sparks Fly/Style Mash up

Acoustic B-Stage
5. Teardrops On My Guitar
6. Come Back Be here
7. Wildest Dreams
8. The Lucky One

Back to Main Stage
9. Forever & Always
10. Mean
11. You Belong With Me/Love Story Mash up
12. We are Never ever getting back together

Piano Section
13. Starlight
14. Enchanted
15. Clean

Encore
16.  RED
17. Blank Space
18. and to end it all….LONG LIVE!

Like how awesome would this be?!? I’ve decided to turn this into a tag, so if you’re tagged you should make your own ultimate Taylor Swift Tour for you personally!

plaidshirtdayssandnightss butterflies-turning-to-dust its-a-swiftie-metafour finallyyyclean redlipclassicswifty guyswiftie

youtube

150528 samsung ‘play that challenge!’ talk concert - love sick + sherlock + beautiful + an encore + view
shinee focus ©realminekey

3

Les corps de 80 Yézidis (femmes & enfants pour la plupart) trouvés dans un nouveau charnier près de Badosh. Via @Ezidi2. Photos AFP.

Lors de l'attaque de la région de Shingal, le 3 août 2014, et les jours qui ont suivi, plus de 5000 Yézidis ont été tués par les terroristes de Daesh, l’Etat islamique autoproclamé. En outre, 5000 à 7000 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, ont été enlevés et contraints à l'esclavage. 

Fin avril 2015, le gouvernement de la région autonome du Kurdistan indiquait que 974 Yézidis (dont 513 femmes et 304 enfants) s’étaient échappés ou avaient été libérés lors d’opérations kurdes dans la région de Shingal, depuis début août 2014. L’ONU estimait alors que dans les 3000 Yézidis étaient encore retenus en captivité.

Dans une interview accordée à Rudaw le 13 mai, Massoud Barzani, le président de la région autonome, révélait que les agents du KRG “ont été en mesure de libérer 1.200 femmes et enfants jusqu'à présent”, certains ayant été rachetés. Enfin, le 16 mai, un article de la Tribune de Genève nous apprenait que le gouvernement régional du Kurdistan aurait déboursé plus de 3,5 millions de dollars pour ces opérations d'exfiltration ainsi que pour le suivi psychologique et médical des victimes exfiltrées. 


80 Ezidi dead body (most of them are Children & Women) found in a new mass grave near Badosh.

During the attack the Shingal region, August 3, 2014, and the days that followed, more than 5,000 Yezidis were killed by terrorists Daesh, the self-proclaimed Islamic state. In addition, from 5000 to 7000 people, mostly women and children, have been abducted and forced into slavery.

In late April 2015, the government of the Kurdistan autonomous region indicated that 974 Yazidis (including 513 women and 304 children) had escaped or were released during operations in the Shingal region bu Kurdish forces since early August 2014. The UN was estimated that in 3000 Yezidis were still held captive.

In an interview with Rudaw, May 13, Massoud Barzani, the president of the autonomous region, revealed that agents of the KRG “were able to free 1,200 women and children so far,” some of which were redeemed. Finally, on May 16, an article in the Tribune de Genève informed us that the Kurdistan Regional Government has disbursed more than $ 3.5 million for these exfiltration operations as well as psychological and medical care for victims exfiltrées.

anonymous asked:

daddy 5sos being away when you go into labor and they like panic or whatever

I’m only going to do Luke because I haven’t done one for him yet, hope that’s okay! :)

It was right before the encore of their show, and Luke was getting ready to follow Michael back out before one of their tech guys comes and taps him on the shoulder, yelling over the sound that his wife had just gone into labor and that his parents had taken her to the hospital. Instantly, a rush of emotions hit him, everything from sadness to joy to nervousness. This was their first baby and he’d promised to be there with his adoring wife, but could not be, and this broke his heart. He missed his cue to head on stage and hadn’t noticed it until Calum grabbed him by the guitar strap, yelling,”C’mon, get a grip mate!” and dragging him out on stage with him. Once the foursome finished their final song, Luke quickly blurted, “Thank you, L.A.! We’ve been 5 Seconds of Summer and my wife’s in labor! We love you!” After that, the final bow completely slipped his mind when he was frantically running off stage to go call his wife and parents and book the soonest flight home to his wife and child. 

daddy!5sos night with ashtonangst and assholelukey! feel free to send in your own blurbs and requests!

youtube

샤이니 SHINee - ‘ An Encore’

Rester un enfant

J'aurais voulu rester un enfant, juste un peu plus longtemps. Je le suis encore, un peu, mais, plus le temps passe, plus je sens cette précieuse innocence me quitter, j'aperçois les ficelles de la société, les ficelles de l'amour, les ficelles de tout. Je perds foi en la magie. Avant, je croyais que l'amour était plus fort que tout, que l'argent n'importait pas, et que Bob l'eponge existait. Maintenant, je sais que la vie sépare, que pour manger il faut payer, et que des centaines de mecs enfermés je ne sais où dessinent des éponges. Triste. Sur les bords je reste un peu innocent, je crois encore au coup de foudre, je ne souhaite pas du tout être riche, du tout, et l'imagination spongienne hante encore mes souvenirs d'enfance. Mais, bientôt, je le sais, tout cela n'existera peut-être plus…

5

Quel drapeau pour la Terre ?

Pour son projet de fin d’études, un étudiant en design suédois a imaginé le motif d’un drapeau qui représenterait la Terre.
http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20150521.OBS9392/quel-drapeau-pour-la-terre.html

Pour Oskar Pernefeldt, l’instigateur du projet, il s’agit « d’un message envoyé aux hommes pour qu'ils prennent soin les uns des autres, et soin de notre planète », ainsi qu’il l’a confié au Figaro la semaine dernière. Le designer évoque également « un message universel envoyé à la communauté internationale pour protéger l'environnement et appeler à la paix entre les communautés ». Oskar Pernefeldt estime que le « Drapeau international de la planète Terre » (son appellation officielle) pourrait être utilisé dans l’espace mais aussi lors de grands événements internationaux comme des conférences de la paix, les sommets sur le climat ou encore lors de manifestations sportives internationales comme la Coupe du monde de football.
http://www.rfi.fr/hebdo/20150529-terre-drapeau-design-planete-bleu-anneaux-suedois-pernefeldt-espace-continents/

Le site web du projet : http://www.flagofplanetearth.com/

9

POKEMON SYMPHONY WAS GREAT!

It was a two hour drive to Raleigh, but worth it! I went to a Bogo Sushi place before! If you’re ever in Raleigh, sushi nine is amazing. Then it was symphony time! Everyone was so hyped! I got both posters and the shirt. I made the Pikachu as a rush in two hours to take with me. It was a hit.

The symphony itself was amazing. Super laid back and they encouraged cheering and laughter during. It was amazing! They had a few excerpts from each main game. The biggest cheering was for the original starters. And at the end for an encore performance of the theme song and they showed Ash winning a battle against camera guy. The other encore was for Kiseki.

Also there was cheering for N hehe. I just wish they’d played the BW credits song. But it was the best night ever! So many feels!

Also Jigglypuff amiibo get :D only one I wanted. She’s my main :3

Quand j’ai vu ce chiffre.

“ 1…0…0… mais oui Axelle tu as bien lu !”

Merci à tous ceux qui ont cliquer sur le bouton “s’abonner”. Je ne pensais pas que mes post plairaient autant ! Au départ je pensais que je me servirais de tumblr qu’une fois par mois, juste histoire de me défouler.
Mais au final, je suis beaucoup d’entre vous ! Vous me faites rire et sourire. J’essaie de me tenir le plus au courant des news à chaque fois “alors… où en sont les partiels? - Et son crush ?” etc
Et je suis contente que ça soit réciproque ! (enfin, je crois) J’ai pris goût à tumblr, à raconter nos petites vies, à partager des trucs entre nous… Une belle communauté! (et c’est un peu addictif comme truc, pire que des oreos)

En tout cas encore merci !

Et en cadeau une photo de corgi :

(Qui a vachement de classe en plus)

Je connais une fille, une merveilleuse jeune femme, le genre de jeune femme à cacher son sourire avec sa main, par timidité, à baisser le regard quand on la complimente, à remercier 5 fois pour un simple pendentif, ou encore une crêpe au nutella. C'est le genre de fille à être vraiment cultivée et ouverte sur ce monde qui l'entoure, tout en se renfermant un peu sur elle même des fois. C'est le genre de fille à porter des lunettes normalement, juste “normalement” parce qu'elle aime pas trop les porter. Le genre de fille un peu à la miss Acacia et même si elle ne connaît pas la référence pour le moment. Elle ne danse pas, du moins je ne l'ai jamais vu danser pour le moment, mais elle est aussi jolie que le portrait dressé dans le livre dont Miss Acacia en est l'héroïne. Elle est plutôt fine, pourtant elle est ce genre de fille à se voir autrement de ce qu'elle devrait dans un miroir… Elle est ce genre de fille qui se cache du soleil, à ne pas aimer l'été, et qui porte des vestes un peu trop grandes, pour former une sorte de chrysalide dans laquelle elle se referme un peu. Elle est ce genre de fille un peu maladroite, mais dont la maladresse apparente vous fait tombé amoureux en 2 secondes. Elle est ce genre de fille intelligente et mature. Mêlant fragilité et force sortie de je ne sais où. Mais ce genre aussi à angoisser facilement. Et j'aimerai lui dire que je serai là, dès qu'elle le voudra, et dès qu'elle en aura besoin, là pour la caliner, la protéger, pour lui tenir la main au mileu de la foule…
J'ai du mal à lui dire tout ça… Elle m'intimide à vrai dire, c'est bizarre, et probablement assez con… Mais le résultat est là. Je ne sais pas comment faire avec elle.
À mes yeux elle est au dessus de toutes les autres, c'est évident.
—  @littleunnamed
Palais de Gyeongbokgung

Me voici sur la fin de trois semaines de vacances, trois semaines que j'ai bien occupé, ce qui explique mon silence ici.
J'ai commencé ma première semaine par visiter des coins de Séoul que je n'avais pas encore eu le temps de découvrir, le temps de préparer mes vadrouilles en dehors de la capitale. J'ai donc commencé par l'aquarium du COEX mall, ainsi que deux des cinq palais royaux de Séoul.

Voici donc une avalanche de photos de ce qui fut le palais royal principal de Séoul, à savoir Gyeonbokgung, où je me suis rendue carrément deux fois parce que j'ai passée tellement de temps à en faire le tour le premier jour, que je n'avais pas eu le temps de dessiner sur place. Il faut dire qu'il y a en plus deux musées gratuits à côté, et je n'en ai visité qu'un seul des deux…

La station de métro nous amène carrément sur l'une des entrées latérales.


Quant à l'entrée principale, donnant sur l'avenue, elle est… disons d'une autre échelle.

Hop, petite introduction culturelle venant de http://french.visitkorea.or.kr, un site sur lequel je retombe systématiquement dès que j'ai besoin d'infos.
«  Yi Seong-gye (1335-1408), le fondateur de la dynastie Joseon, déplaça la capitale à Hanyang (l’ancien nom de Séoul) et construisit Gyeongbokgung, le premier palace de la dynastie. Terminé en 1395, Gyeongbokgung fut le premier palais royal où le roi non seulement résidait mais aussi dirigeait le pays. Basé sur les principes du feng shui de l’époque, le site choisi était entouré des montagnes Bugaksan, Namsan, Insangwan et Naksan. Le palais fait face au sud pour bénéficier de la plus longue exposition au soleil et les montagnes derrière bloquent les vents froids du Nord.
Parce qu’il s’agit d’un palais royal, son architecture représente ce qu’il se faisait de mieux à l’époque. »


Je ne me demande même plus d'où l'amour du kitsch des coréens provient, c'est culturel en fait…


Après la deuxième entrée, une guide en Hanbok, le costume traditionnel coréen, attendait au bord d'un canal en se protégeant du soleil sous un parapluie, habitude typiquement coréenne aussi.


Ce canal a plusieurs raisons d'être, les premières étant typiquement pratiques, à savoir servir de  barrière défensive et de réserve d'eau en cas d'incendie…

Mais il avait aussi un autre rôle, comme l'article copié ci-dessus le cite, le palais était construit sur les principes du feng shui, lesquels considèrent que la montagne est une source d'énergie positive, énergie qui se déverse vers le palais et qui, stoppée par la barrière naturelle de l'eau, reste emprisonnée dans l'enceinte du palais.

Il n'y a malheureusement plus que dans le palais de Changgyeonggung que les canaux sont alimentés. Tous ont été coupés lors de l'occupation par les Japonais, qui ont ainsi assis leur emprise sur le symbole royal.


Au bord du canal, deux Haetae veillent au grain, près à repousser les démons qui tenteraient de s'attaquer au palais.

Aussi appelé Haechi, le Haetae est une créature mythologique coréenne symbole de justice, car il est censé distinguer le bien du mal. Véritable symbole national (on le trouve sur tous les taxis), il est aussi censé protéger la capital des catastrophes naturelles et du feu.


Sur les toitures des bâtiments les plus imposants, des figurines représentant des personnages originaires d'un ancien conte coréen sont censées protéger des malheurs, notamment des incendies.

Plus il y a de figurines, plus le bâtiment est important.

Des têtes de dragon, symbole de l'empereur mais aussi animal protecteur, sont placées aux quatre coins des toitures afin de protéger les bâtiments du feu. Oui, encore… Mais il faut dire que les divers palais royaux ont une longue histoire en terme d'incendie. Quand on chauffe au charbon et par la sol des bâtiments tout en bois et en papier, faut pas s'étonner qu'il y ait des dérapages de temps à autre…

La salle du trône, avec ses 7 figurines sur la toiture (les dragons ne comptent pas).


Là encore, des Haetaes et autres créatures protègent le palais.


Sur les marches, deux phénix, eux aussi symbole de l'empereur. Il faut savoir que si dans l'asie de l'ouest le phénix est symbole d'immortalité et de renaissance, car il renaît de ses cendres, en Corée, on considère que c'est un oiseau immortel, il ne meurt tout simplement jamais.


Aux angles du bâtiment, de grandes vasques, là encore symbole protecteur contre le feu (et plus pragmatiquement, source d'eau immédiate en cas de début d'incendie.)


Le bâtiment est tout simplement magnifique.

Il faut savoir que même si le grillage n'est pas super glamour, le fait de protéger les peintures contre les dégâts que pourraient y faire les oiseaux en y faisant leur petite vie ne date pas d’hier.

Autrefois déjà, des filets étaient tressés et dressés pour protéger les peintures, car elles étaient faites avec des pigments rares (les bleus et verts ont toujours été des couleurs particulièrement difficiles à fabriquer), pour la plupart importées, et donc très chères. On empêchait donc les pigeons de rajouter leur petite touche personnelle à l'ensemble. X)


L'intérieur de la salle du trône.

Vous remarquerez que les piliers sont ronds.

C'est l'un des seuls bâtiments dans lequel on trouve des piliers qui ne soient pas carrés. Là encore, selon les principes du feng shui, ce qui est carré représente la terre, alors que le rond représente le ciel/paradis, le côté divin de l'empereur était donc souligné jusque dans l'architecture de son palais.


Le plafond est incroyablement haut…


Bonjour, je suis un plafond royal et je suis sexy quelque soit mon profil.


La vue depuis le trône a un peu changé en 400 ans… X’D


L'enceinte du palais est immense. Il m'a fallu 3 heures pour en faire le tour, bon d'accord, avec l'appareil photo en main, donc on peut bien diviser le temps par deux, mais quand même…


6 Figurines, bâtiment un poil moins important.


Des petits murs séparent les différences enceintes du palais, et aussi petites soient-elles, les portes n'ont pas grand chose à envier niveau détail et raffinement, aux bâtiments principaux.


Le pavillon Gyeonghoeru, au milieu de son étang.


C’est le bâtiment le plus important du palais, comptez le nombre de figurines…

Ouaip, pas moins de 11 figurines pour protéger le bâtiment, le plus grand nombre qu’on puisse trouver, et pour cause ! Ce pavillon servait aux réceptions lors de l'accueil de dignitaires étrangers. Un lieu de politique international particulièrement sensible donc.


J'ai dessiné le petit pavillon qui se trouve tout au fond, c'était trop tentant.


Ainsi que le pavillon lui-même…


De ce que j'ai pu constater, les motifs traditionnels coréens jouent énormément sur des formes géométriques simples, mais savamment agencées dans un bel équilibre. L'alphabet coréen lui-même illustre ce principe à mon sens.


Et la visite continue, avec partout des cours, donnant sur des allées, donnant sur des cours, etc…


Et partout les mêmes peintures à me faire frénétiquement prendre des photos en quadruples des moindres détails.


Des bâtiments dont les peintures n'ont pas été rénovées.
Quant à ces sortes de balançoires qui pendouillent du plafond, il s'agit de porte-portes. Vous comprendrez plus loin…


Je n'ai suivi de visite guidée que sur le deuxième palais, mais de ce que j'ai pu y apprendre, je pense que cette pièce était l'appartement royal, ou celui de la reine, avec les chambres à chaque extrémité et la pièce centrale aménagée en bureau.


Désolée pour la demi-tonne d'images, mais même si je n'y connais rien en photo et que je reste systématiquement sur le mode automatique, j'adore le fait de composer des images équilibrées et je trouve que l'agencement des éléments de la pièce rendait les possibilités infinies.


Le bureau de l'empereur, là encore les peintures datent pas mal (de la dernière reconstruction dans les années 1800, invasion par les japonais, incendies, tout ça…)


Des dragons, évidemment…


Je ne me souviens plus exactement ce qu'avait dit la guide à propos de ces peintures, si ce n'est que là encore, c'était une représentation inspirée du feng shui, avec des éléments forts (la montagne, l'eau qui en descend comme l'énergie qui circule, les arbres, etc) et surtout, deux symboles majeurs du yin et du yang, le soleil (en rouge) et la lune. Lors des réceptions, la reine s'asseyait sous la lune et l'empereur sous le soleil, formant ainsi eux-même un symbole d'équilibre et d'harmonie.


Et la visite continue…


Ces deux photos vont hérisser tous les maniaques qui me suivent… Non, le mur et la toiture ne sont pas exactement parallèles, ça va, vos nerfs tiennent le choc ? X’D


Le coin des cuisines. Avec des bâtiments aussi proches et liés les uns aux autres, tu m'étonnes que les incendies se répandaient en un rien de temps.

(J'adore ces alternances de briques et pierres ♥)


Le musée folklorique (gratuit) attenant au palais, où sont présentés pas mal de choses sur la vie quotidienne autrefois en Coréen. Des vêtements à la cuisine en passant par l'agriculture, c'était très inspirant pour mon petit peuple.


Le pavillon Hyangwonjeong, lieu de détente apaisant au milieu de son petit étang (beaucoup moins avec les hordes de touristes autour, mais j'en faisais moi-même partie donc je vais pas trop critiquer. XD; )


Dragon sur le faîte du toit, et phénix et dragons sur les tuiles, encore…


Mon coin préféré !
Déjà parce qu'étant assez reculé, les touristes y étaient plus rares et ne faisaient que passer, et aussi parce que tout ce bois lasuré rendait l'endroit terriblement simple et chaleureux.

Après une petite recherche, voilà ce que je peux vous en dire :
Construite en 1873 et connue sous le nom de Geoncheonggung, c'était une résidence royale privée particulièrement appréciée par l'empereur Gojong qui l'occupa en 1888, au point qu'elle fut en permanence expansion dès lors.
Mais le 8 octobre 1885, l'impératrice Myeongseong y fut assassinée par des agents japonais ayant infiltrés la résidence.
Hanté par l'incident, l'empereur abandonna la résidence en janvier 1896 pour ne jamais y retourner. Entièrement détruite par le gouvernement japonais en 1909, lors de l'occupation (quand je vois le passif qu'ont les deux pays l'un envers l'autre, je comprends qu'ils ne puissent pas se piffer), elle a été entièrement et fidèlement reconstruite en 2007.


J'aime les traces laissées au sol par la pluie, qui suivent la courbe de la toiture.


Deux cents ans et elle ne fait même pas un mètre, ça pousse pas vite une pierre, même les pieds dans une eau pleine de bons minéraux.

Voilà à quoi servent les fameuses balançoires ! A soutenir les portes !

Ainsi, les pièces pouvaient s'ouvrir les unes sur les autres pour plus d'espace, mais les bâtiments eux-même pouvaient s'ouvrir en grand afin de laisser circuler l'air dans la terrible chaleur de l'été.


Autre principe feng shui qui distingue l'architecture coréenne de l'architecture chinoise :  On ne touche pas à la géographie du sol. On n'arasait pas une colline pour y construire un bâtiment car cela perturbait l'énergie du lieu. Non, on construisait les bâtiments de façon à ce qu'ils s'adaptent au terrain. C'est comme ça qu'on se retrouve avec des bâtiments à multiples escaliers d'un côté et au ras du sol d'un autre, même les murets suivent la courbe du terrain.


Encore une petite recherche internet pour la suite :
Ces trois bâtiments qui n'en forment qu'un seul sont respectivement de gauche à droite Parujeong, Jibokjae et Hyeopgildang. A l'origine construits dans le district de Changdeokgung (rassurez-vous, ça ne me parle pas plus qu'à vous), ils ont été déménagés au palais de Gyeongbokgung en 1888, quand l'empereur Gojong en a fait sa nouvelle résidence (assassinat, tout ça…). Il utilisa le bâtiment comme galerie d'art, où il conserva les portraits royaux, mais aussi comme bibliothèque et hall d'audience pour les réceptions avec des dignitaires étrangers.
L'architecture est radicalement différentes des autres bâtiments du palais, avec une claire influence chinoise, ce qui a l'époque était considéré comme « moderne » par les architectes coréens.


Et à l'abri des regards, les cheminées par lesquelles étaient évacuées les fumées des brasiers destinés à chauffer le bâtiments. Tous les bâtiments sous lesquels était installé un chauffage ondol (chauffage par le sol, j'en ai déjà parlé dans mon article sur le goshiwon) avait un sol en pierre. Les bâtiments à planchers étaient condamnés à être frigorifiques en hiver.


Même les pierres du passage vers l'arrière du bâtiments ont eu droit à leur petite touche de glamour.


Haetaes, dragons et phénix, on ne change pas une équipe qui gagne !


Et des décorations qui n'en finissent plus. Je n'arrivais plus à m'arrêter sur les photos, désolée…


Au nord-ouest de Gyeongbokgung se trouvent les lieux saints et de recueillement où les cercueils et tablettes mortuaires étaient conservées.
Ce coin est calme et isolé du reste du palais. L'empereur Gosong (1852-1919) se rendait souvent dans l'un des bâtiments adjacents pour y rencontrer ses officiers.
Là encore, on s'adapte au relief du terrain.


Bonjour, nous sommes l'armée de jarres de pâte de soja de l'empereur.


Régiment de sauce soja, GAAAARDE A VOUS !

Le palais collectait des produits provenant de tout le pays et en Corée, la sauce soja et le Gochujang (condiment fermenté à base de piment rouges, de soja, de farine de riz gluant et de germe de blé) ainsi que divers autres condiments, sont essentiels à la préparation de nombreux plats.
Les plus grandes jarres étaient destinées à la sauce soja et les plus petites à la pâte de soja et au poisson séché. Je ne me souviens plus exactement de ce que disaient les panneaux, mais une impératrice avait pris la responsabilité de gérer ces terrasses, à nettoyer (personnellement d'ailleurs je crois) les jarres tous les jours, décider de s'il fallait les ouvrir, remonter le niveau de certaines ou au contraire le réduire en laissant le soleil faire son travail, etc… La cour lui avait même donné un surnom dont je ne me souviens plus, mais qui n'était pas spécialement glorieux. X’)
La sauce soja pouvait être conservée ainsi jusque 10 ans. On obtenait alors une sauce très dense et concentrée, qui étaient surtout utilisées pour les bouillons et ragoûts, alors que la sauce plus claire servait au reste de la cuisine.


Voilà ! On a fait le tour du propriétaire ! Ouf ! Vous avez été courageux si vous êtes arrivés jusque-là, bravo et merci ! X'3

On se quitte sur une dernière photo du grand pavillon…

Pouvoir souffrir seul est un grand avantage. Qu'arriverait-il si le visage humain exprimait fidèlement toute la souffrance du dedans, si tout le silence intérieur passait dans l'expression ? Pourrions-nous encore converser ? Pourrions-nous encore échanger des paroles autrement qu'en nous cachant le visage dans les mains ? La vie serait décidément impossible si l'intensité de nos sentiments pouvait se lire sur nos traits.
Plus personne n'oserait alors se regarder dans une glace, car une image à la fois grotesque et tragique mêlerait aux contours de la physionomie des taches de sang, des plaies toujours béantes et des ruisseaux de larmes irrépressibles.
—  Cioran, Sur les cimes du désespoir