yeux marron

Oui, cette fille t'a vraiment aimée comme jamais elle n'a aimé et comme jamais personne ne t'aimera. Elle aurait été capable de se couper les doigts, de s'arracher les dents une par une et même de se vider un pot de vernis à ongle dans les yeux pour toi. Oh oui, si tu savais tous ce que cette fille aurait été capable de faire juste pour tes beaux yeux. Qui, au passage, ne sont pas si beaux que ça. J'imaginais que tu avais de beaux yeux marrons tous brillants et vraiment hypnotisant comme elle me le disait… tu vois elle avait même réussi à me faire croire que tu avais les plus beaux yeux du monde. Tu as gâché la chance de ta vie, de ta misérable vie pardon.
—  Inconnu????
Vocabulaire Français - Autumn

le fond de l'air est frais (exp)     there’s a chill in the air

quel temps fail-il?     how is the weather?

Il pleut des cordes (exp)     it is raining ropes ( heavy rain )

clair (n)     light

foncé (n)     dark

des yeux marron     brown eyes

feuilles mortes     dead leaves / autumn leaves

éternuer (v)     sneeze

à tes souhaits (exp)       equivalent of ‘bless you’ in response to a sneeze

douillet/te (adj)     cozy

brouillard (n)        fog

qui sort du four (adj)    freshly baked

pommes d’amour        candy apples

tricoter (v)     knit

cachemire (n)      cashmere

bonne soirée      good evening

nuit étoilée       starry night

Bonjour
bonjour
(le silence s'installe, parce qu'elle ne veut pas parler et que lui cherche la faille dans son regard)
(ça dure quelques secondes)
(presque une minute avant qu'il ne se redresse et essaye de lui sourire)
(puis une autre minute de silence)
(parce qu'il pense que c'est à elle de commencer)
(et le temps passe comme ça pendant une demi-heure)
Vous êtes ici parce que
(ta gueule connard)
parce que mes parents m'y ont obligée
d'ailleurs j'tiens à dire que
j'ai aucune envie d'être ici
j'espère que vous ne pensez pas me toucher
que vous ne pensez pas être exceptionnel
pas du tout
(un autre silence, il se met à la fixer et elle à le détailler de haut en bas)
(avec son crâne dégarni de gros con)
(ses petits yeux marrons)
(un mec sans importance)
(quitte à pas avoir d'importance autant être beau mais lui il a rien du tout)
Vous pensez à la mort parfois
non
alors pourquoi tout ça
(elle hausse les épaules et de nouveau un silence)
(lourd silence)
(si bien qu'il se lève pour se préparer un café dans la machine posé sur le petit rebord de fenêtre)
vous voulez quelque chose
non merci
(un flingue un flingue un f)
d'accord
je peux vous poser des questions
vous êtes psy
c'est tout ce que vous savez faire non
exact
vous savez je suis là pour vous aider
c'est pas une question ça
(un léger rire qui sort de ses lèvres à lui)
(comme si c'était drôle)
(connard)
(ça te fait rire)
si c'en est une
vous savez je me passe bien des mots
et si vos lèvres disent quelque chose
votre corps en dit tout autre
le léger tremblement de vos mains
votre jambe qui tressaute
et vos lèvres entrouvertes pour mieux respirer
vos ongles rongés
depuis quand vous vous rongez les ongles
c'est intéressant ça
si vous me répondez
ça le sera
depuis longtemps
vous vous mutilez mademoiselle ?
(ça sonnait aussi fort que faux)
(il fallait mettre un point d'interrogation)
(connard)
(un silence)
(et elle qui le regarde dans les yeux)
(et lui qui s'enfonce dans sa chaise pour mieux la regarder)
(connard)
(et il reprend)
pas besoin de me répondre
rien qu'à voir le foutu état de vos lèvres je le sais
j'ai rien à dire
vous avez tellement de choses à dire mademoiselle
(elle sourit brièvement)
mais vous n'êtes pas exceptionnel
vous l'avez déjà dit
je sais ce que je dis
parce que vous contrôlez
je contrôle tout
et personne ne s'en rend compte
sinon ce serait pas amusant
mais vous ne contrôlez pas le fait d'être ici par exemple
vous m'avez dit que vous ne vouliez pas être ici
je laisse faire
mais si vraiment je ne le voulais pas je ne serais pas là
et quand vous avez essayé de vous tuer
vous contrôliez
(un silence)
(et elle hausse les épaules en lui souriant)
(elle était plus maligne que lui elle en était persuadée)
(elle allait parler il en était persuadé)
je n'ai pas essayé de me tuer
c'est ce qu'ils disent sur votre dossier médical
c'est ce que dit votre poignet
c'est ce que disent vos points de suture
c'est ce que disent vos anti-depresseurs
c'est ce que dit votre
laissez tomber
votre présence ici
à l'hôpital
(ça ils l'ont dit en même temps)
(et ça l'a faite rire)
(et lui il a arqué un sourcil)
(et elle s'est redressée pour poser ses coudes sur ses cuisses et le fixer)
vous savez ce que je dis à tout le monde
dites moi
« je suis malsaine
je suis pas le genre de fille avec qui tu devrais traîner
je vais te pourrir »
ils vous croient
non
et alors
j'en sais rien
(elle ne pleurait pas)
(et lui il avait l'habitude alors ça ne le touchait plus tout ça)
(c'était un peu vide comme conversation)
(vide)
(un peu comme elle)
(elle et son regard bleu clair)
(elle et ses cheveux abîmés lissés abîmés)
(elle et ses lèvres mal maquillées)
(un peu comme ses yeux)
(un peu comme son sourire)
(s'inventer un nouveau visage pour qu'on lui foute la paix)
(pâle comme une mort ecchymose)
vous cicatrisez bien
merci
c'était une question
ah euh
j'en sais rien
je m'en fous
pourquoi
parce que je m'en fous
vous êtes vide
non
si
arrêtez
pourquoi
ça fait une heure
(et il regarde sa montre)
(et ça faisait une heure alors elle)
(sort)
(et)
(laisse)
(le)
(silence)
(revenir)
(hurlements sourds)

J'ai commencé un nouveau stage, ce 4 juillet.

J'ai commencé un nouveau stage et dans le bureau d'à côté, il y a une jeune femme, la trentaine, toujours de bonne humeur, souriante et rigolote, et surtout disponible pour aider les pauvres stagiaires que nous sommes. Jamais un mot plus haut que l'autre, jamais un soupir; le premier jour, elle a rit, quand je l'ai vouvoyée. Le genre de rire frais et discret, généreux, bienveillant. Une petite voix, les yeux marrons qui pétillent, de longs cheveux fins et brins souvent attachés. Sur son bureau, il y a un ordinateur, des dossiers en pagaille, et la photo d'une petite fille blonde avec son papa barbu qui lui fait des bisous. Elle doit avoir deux ans, à tout cassé.

Récemment, j'ai appris que ce joyeux papa que je voyais tout les jours me sourire de sa photo n'était plus là. Il a laissé sa vie sur les planches d'une salle de spectacle, en novembre dernier.

Voilà, il fallait que vous voyiez, la vie de ceux qu'ils n'ont pas réussi à tuer.