wallako

2

Une incroyable rencontre.
Tout a commencé l'été 2009 aux alentours du 11 août sur la côte des Basques à Biarritz. Les vagues ont disparu, les nuages aussi et le monde a envahi la côte. Après le tour des surf shops, l'ennui commence vraiment à peser et la décision de rentrer en Bretagne fait l'unanimité. 17H, les touristes sont tous en train de cramer au soleil, c'est le moment de partir pour profiter de la fraîcheur de la soirée. Cependant, un ami m'a dit qu'il fallait absolument que je passe voir un dernier surf shop qui venait de s'ouvrir à Bidart et qui avait des planches incroyables. Ça ne fait pas un grand détour pour récupérer l'autoroute, je m'exécute.

Je quitte Biarritz par le Sud et à l'entrée de Bidart, vois sur ma droite « Wallako surf shop », que je ne connaissais pas. Ça doit être là. Je rentre sur le parking en gravier blanc et découvre une scène inhabituelle : quelques surfers regardent un mec en short rouge frotter avec un chiffon des planches en bois posées sur des tréteaux… Bizarre. Je me gare, sors de ma voiture, dis bonjour et remarque que les planches en bois sont des Alaias portant la griffe de Tom Wegener.

Pour info, Tom est une légende Australienne du surf. Ancien longboarder pro au style incomparable, il a inspiré et donné envie de faire du longboard à des mecs comme Joël tudor… rien que ça. Il est maintenant la référence mondiale en matière de planche en bois et a remis au goût du jour les alaias via les films de Thomas Campbell : Sprout et The Present. Les alaias étant des répliques améliorées des planches traditionnelles.

Bref, je tombe donc en extase devant ces bijoux. L'homme qui frotte les planches parle anglais, porte un short rouge et arbore une magnifique casquette avec une tête de tigre. L'idée que ce soit Tom Wegener lui même me trotte dans la tête mais l'improbabilité d'une telle rencontre me tend à penser le contraire malgré les insistances de ma copine sur sa ressemblance avec le Tom du poster affiché à l'entrée du magasin.

La vendeuse lui donnera raison. Je reste scotché, me repassant dans ma tête toutes les séquences de films comme Sprout, Seaworthy etc…

Après quelques minutes, attiré par mon tee shirt Sprout acheté le jour même, le patron vient vers moi pour me parler. Il m'apprendra que Tom est en France pour seulement 2 jours et que c'est son premier séjour en Europe. Il a fait 10 planches dans l'après midi, évidemment toutes réservées et me propose d'en garder une sur la prochaine commande qu'il fera. Je dis oui sans vraiment réfléchir. Au bout de quelques minutes, un coup de fil retenti, un acheteur vient de se désister. « Si tu veux, la 5'7 “ qui est là est à toi tout de suite » me sort le patron. Je ne dis rien et commence à la regarder pensant à mes finances. Tom arrive à ce moment là, on se sert la main, et je lui demande si la planche me convient. Malgré mon anglais médiocre, j'arrive à suivre. Après une bière, ça va mieux. Il me sortira des phrases comme « l'idéal c'est des vagues longues et creuses. Y a un spot devant chez moi qui est parfait, il s'appelle Noosa, faudra que tu viennes un jour » ou encore « j'ai fais la même pour un ami, il s'appelle Rob Machado, il se débrouille bien avec »… je ne déscotch pas et décide de la prendre. On discute pendant plus d'une heure, je lui apprend à dire « Yérêd mât », il me parle de sa première sortie avec sa Olo de 16 pieds, de ses films, de sa famille, de son apprenti Matt qui test et surf les alaias divinement. Il me conseille sur la façon de les surfer, m'explique comment les entretenir et les réparer en cas de rayure.

19H, le magasin ferme. Après avoir signé (ou devrai-je dire pyrogravé) mon nom sur la planche et avoir passé une couche d'huile de lin, je lui dis au revoir. Il nous fera signe depuis le parking jusqu'à ce que notre voiture disparaisse. Une rencontre improbable avec un homme d'une gentillesse et simplicité incroyable.

Mon sourire niais commencera à baisser au niveau de La Rochelle selon ma copine. Cette rencontre aura été la conclusion d'une série de coups de chance toute la journée. En plus, j'apprendrai plus tard que je m'étais trompé de surf shop.